Beaune 2017

Retour à la page d'accueil
Accueil < Concerts < Don Giovanni

Don Giovanni

Wolfgang Amadeus Mozart

WOLFGANG AMADEUS MOZART / 1756 - 1791
Don Giovanni

  • Dramma Giocoso en 2 actes, créé en octobre 1787 au théâtre Nostitz à Prague, et repris en mai 1788 au Burgtheater de Vienne.
    Livret de Lorenzo da Pont

CHOEUR ENGLISH VOICES
ORCHESTRE LE CERCLE DE L’HARMONIE


Direction musicale : JÉRÉMIE RHORER


Don Giovanni Gordon Bintner*, basse
Donna Elvira Arianna Venditelli*, soprano
Donna Anna Vannina Santoni*, soprano
Don Ottavio Fabio Trümpy*, ténor
Zerlina Catherine Trottmann, soprano
Masetto
Krzysztof Baczyk, basse
Leporello
Nahuel di Pierro, baryton
Il Commendatore
David Leigh, basse




    Production Festival d’Aix-en Provence .
    * Chanteurs exclusifs au Festival de Beaune

Détails pratiques

Rhorer
Jérémie Rhorer

L’opéra Don Giovanni, célébrissime “opéra des opéras” (dixit Wagner), est dirigé par Jérémie Rhorer, l’emblématique chef mozartien, révélé à Beaune en 2006 dans Idomeneo mais aussi dans Così fan tutte et Les Noces de Figaro du même Mozart, qui revient y interpréter le dernier opéra de la trilogie de Da Ponte. Don Giovanni est une oeuvre à la fois dramatique et bouffe dans laquelle Mozart manie tous les styles avec une aisance étourdissante : le grand air, le style galant, le couplet populaire ou le style baroque (Ah, fuggi il traditore ! de Donna Anna). Don Giovanni amorce dans le même temps la tradition romantique. Le livret magistral de Da Ponte juxtapose la tragédie la plus sombre à la comédie la plus gaie. Dès l’ouverture spectaculaire annonçant la mort du Commandeur, la sublime musique de Mozart nous saisit et ne nous lâche plus jusqu’au terrible final avec la mort du séducteur refusant de se repentir. Don Giovanni recèle une variété d’arias fascinantes : ainsi, l’émouvant récitatif accompagné «Mai qual s’offre, oh Dei» de Donna Anna peu de temps après l’ouverture, le grand air du «Catalogue» de Leporello à l’acte I, ou les merveilleux airs d’Elvira «Mi tradi quell’ alma ingrata» et de Donna Anna «Non mi dir, bell’idol mio» à l’acte II.



27 décembre 2017